mardi 18 mai 2010

Ce soir-là

Un court moment avec Benjamin, un court moment qui dure pourtant beaucoup trop longtemps pour ce petit gars-là. Il vit seul avec sa mère, dans un studio. Ça sent la misère, mais aussi l’attention donnée aux petites choses, le goût et le soin pour rendre la vie la moins dure possible malgré le manque d’argent.

Il attend, comme tous le soirs, sa mère qui rentre du travail. Il fait passer le temps. Les devoirs, le goûter, la visite du voisin étudiant qui vient vérifier que tout va bien. Mais ce soir-là, sa mère est en retard. L’inquiétude va se mêler à l’attente, puis la panique, l’angoisse…

Une évocation très simple et sans misérabilisme d’une situation de vie précaire à tous les niveaux.


Ce soir-là, de Agnès Lacor, éd. Thierry Magnier, 5€.

2 commentaires:

Anne a dit…

hmmmm rien que d'en lire le résumé l'émotion est là... c'est triste?

La jardiniériste en chef a dit…

disons que c'est un peu poignant, mais ça finit bien...