lundi 8 décembre 2008

Mia ou le Migou ?

Plantons le décor : Mia, une gamine de 10 ans, part à la recherche de son père, au fond d’une forêt tropicale d’Amérique latine. Elle va rencontrer en chemin d’étranges créatures, avant de croiser le destin d’Aldrin, fils d’un riche industriel qui ressemble à Bernard Tapie et qui a évidemment l’idée fumeuse de transformer la forêt en complexe touristique.

Ce film me partage en deux, et c’est très inconfortable. Du côté gauche, j’ai une forte envie de défendre cette œuvre, son propos, la beauté et la grâce de son dessin, le travail de la couleur, la qualité des animations et de l’interprétation, et même la musique… J’ai aussi envie de rendre hommage au pari de Jacques-Rémy Girerd d’oser encore une fois la lenteur et d’entraîner le spectateur au cœur d‘une mystique écologique. Le seul problème, c’est que mon côté droit s’est un peu ennuyé et n’est vraiment entré dans l’histoire qu’avec l’arrivée du Migou, qui hélas, est un peu tardive… Mais voilà que mon côté gauche se lève, empoigne mon côté droit et lui colle une droite (eh oui, mon côté gauche est droitier)! Et tout d’un coup, les choses s’éclaircissent en moi : oui, c’est ça, allez-y !

Mia et le Migou, de Jacques-Rémy Girerd, 1h31. Sortie en salles le 10 décembre.

3 commentaires:

Pauline a dit…

Ah mais il s'en passe des trucs ici! C'est chouette tout ça! Comme si on avait pas déjà envie de s'acheter assez de livres, ou d'aller voir assez de films!!
En tout cas, ça tombe bien, grâce à ton combat de côtés, je suis bien décidée à aller le voir celui là!

Et sinon, toujours pas de petites bêtes dans l'air ni sur terre?

Biz

Pauline

Anonyme a dit…

Ben moi c'est le contraire.
Jusqu'à l'arrivée de migou j'étais bien dedans et après j'ai pas du tout été convaincue par les migous et ils m'ont un peu ennuyée...Ceci dit, je confond toujours ma droite et ma gauche, ça vient peut être de là...
Par contre, j'ai adoré les images...
Bonne année !
poirotte

La jardiniériste en chef a dit…

Finalement, à nous deux, chère "Poirotte", on a aimé tout le film. Ou pas aimé du tout, c'est selon...